Celà fait maintenant 7 ans que j'habite la région parisienne. Avant, j'étais loin. j'étais là où il fait toujours beau, bon, où le ressac de la mer vous apaise et vous berce. De là aussi où se cotoient Ferrari et Citroën Saxo, chaînes en Or et Louboutin. On ne sait pas de quoi la vie est faite, mais je pense pouvoir dire que je ne retournerai pas habiter là bas de sitôt. Non pas parce que la vie de francilienne me plaît plus que tout - oh non - plutôt parce que la vie là-bas ne me correspond plus.

Malgré tout, je crois que je serai en perpétuelle quête de lumière. La lumière naturelle. Celle qui vous ébloui un peu. De préférence la lumière jaune, celle du soleil contre les façades, celle des rayons qui filtrent à travers la fenêtre pour venir frapper le parquet en des formes géométriques improbables. Celle qui fait des arc-en-ciel à travers les verres. Celle qui rend votre journée agréable et apaisée.

Là-bas, il y avait toujours de la lumière. Ou en tout cas, elle ne partait jamais très longtemps. De la lumière, et des couleurs. Le bleu électrique du ciel, le bleu ciel de la mer au bord du rivage, puis plus foncé au large. Le vert des palmiers le long de la route, des arbres en fleurs.

Aujourd'hui, à Paris, il a fait si beau. Nous avons eu une météo tellement épouvantable ces derniers mois, que j'en arrive, comme tout le monde, à parler de la pluie et du beau temps, pour un oui et pour un non.

Alors ci-dessous, un moment choisi de ma pause déjeuner d'aujourd'hui. Il a fait frais. Mais qu'est ce que c'était bon !